closet disco queen

/ hummus records / CH

image closet disco queen

Paraîtrait que Jona Nido et Luc Hess ont une énième nouvelle copine. C’est Jona qui l’aurait trouvée dans son étagère à riffs sataniques. Elle s’était auto-éjaculée de la boîte à chapeau de sa tante Hortense, comme ça, d’un coup, sans prévenir. Elle le regardait d’un air plaintif et s’est mise à chialer en hurlant du Hendrix quand il a allumé ses quatorzes Orange vintage et placé ses doigts sur le manche de sa six cordes custom shop 1968. Ils se sont tout de suite bien entendus. Elle passe depuis ses journées en leggings bleu ciel à uriner sur des chats qui répètent leur chorégraphie de fin d’année (ils ont choisi Sheila je crois), et Jona de son côté écrit des tubes de rock’n’roll kraut psychédélique instrumental pour la maintenir dans son état de transe sexuelle autohumiliante. Luc passe de temps en temps les voir dans leur armoire juke-box, juste histoire de s’assurer qu’ils ne se sont pas transformés en lucioles disco. Ils en profitent pour jammer les trois et après ils boivent. C’est CLOSET DISCO QUEEN, somme toute une jolie fille un brin tarée qui leur tourne en tête depuis un moment et qu’ils commencent à assumer suffisamment pour la trimballer en soirée pour se péter la tronche.

site web